Pictogramme drapeau de la France Pictogramme drapeau de UK Pictogramme drapeau de l'Italie

x

Install this webapp on your device : tap and " Add to homescreen".

Languages

Pictogramme drapeau de la france Pictogramme drapeau du royaume-uni Pictogramme drapeau de l'italie
Register / Connect

By entering your phone number, you accept that it will be used to send traffic alerts.

Use at least 9 characters of which one capital, one lower case, one digit and one special character



Please accept the legal notice. Please accept the information notices. Wrong time interval entered.

Vous avez forcément remarqué la disparition des sacs en plastique à usage unique à la caisse de votre supermarché. Ou encore, l’absence de pailles en plastique dans votre restaurant préféré... Depuis 2016, le Gouvernement Princier mène une politique ambitieuse en matière de réduction des déchets, qui s'inscrit dans l’engagement de la Principauté en faveur de l'environnement. 

Pourquoi de telles mesures ? Comment vont-elles évoluer dans les années à venir, et quels seront les impacts sur votre quotidien ? Faisons le point. 

Pourquoi faut-il réduire la consommation de plastique ?

Fabriqué en masse depuis les années 50, le plastique est aujourd’hui largement présent autour de nous. Peu coûteux et relativement facile à produire, il sert surtout à créer en grande quantité des objets que l’on jette après une utilisation brève : bouteilles, emballages divers… Problème : cette matière n’est pas biodégradable et met des siècles à se décomposer. Très peu recyclés (les procédés sont complexes et limités), les déchets plastiques finissent la plupart du temps dans des décharges ou dans le milieu naturel, sur terre ou dans la mer. En 2019, à Monaco, le plastique représentait 13 % du tonnage de déchets et 88 % des émissions de gaz à effet de serre liées à l’incinération des ordures. Autre chiffre alarmant : on estime que 600.000 tonnes de plastique sont rejetées chaque année dans la mer Méditerranée, avec des conséquences irréversibles sur la biodiversité (source : WWF, 2019). 

Face à l’urgence d’agir, le Gouvernement Princier a adopté dès 2016 un « Plan de Prévention et de Gestion des Déchets de Monaco à horizon 2030 » et se fixe désormais comme objectif d’atteindre « Zéro déchet plastique à usage unique à horizon 2030 ». Pour y parvenir, un calendrier d'interdictions progressives a été mis en place. Depuis 2016, plusieurs dispositions réglementaires ont ainsi été prises, interdisant la vente de certains produits en plastique facilement substituables par des solutions plus écologiques. 

Le 7 mai 2021, de nouveaux textes réglementaires sont parus afin de renforcer les mesures. Ils incitent à faire des choix plus responsables et plus durables, pour une consommation quotidienne générant le moins de déchets plastiques possibles.

Produits en plastique à usage unique : tout ce qui est interdit en Principauté

Les sacs en plastique à usage unique depuis 2016 
L’achat de bouteilles et de gobelets en plastique sur les budgets de l’État depuis 2017 
Les pailles et touillettes en plastique depuis 2019
Les cotons-tiges, gobelets, couverts et assiettes en plastique à usage unique depuis janvier 2020 
Les lâchers de ballons et de lanternes volantes depuis mars 2020
 
Depuis le 1er juin 2021, sont notamment interdits :

tous les produits en matière oxodégradable (car ils se décomposent en fines particules et contaminent les milieux) ;
les confettis en plastique et les tiges de ballon de baudruche en plastique ;
les récipients et emballages jetables en polystyrène expansé dans le cadre de l’alimentation rapide ;
les couvercles et pots à glace.

Par ailleurs, le consommateur a depuis cette date le droit d’être servi dans son propre contenant réutilisable. 

Dans les prochaines années :

Dès le 1er janvier 2022, seront notamment prohibés les jouets en plastique offerts dans les menus enfants, les sachets de thé ou de tisane en plastique non biodégradable, ou encore les emballages plastique autour de certains fruits et légumes non transformés. La distribution de couverts jetables (plastique ou autres) dans la restauration rapide sera en outre payante. Enfin, les employeurs seront tenus de mettre à la disposition de leurs salariés de la vaisselle réutilisable et des boîtes pour prendre les repas à emporter sans générer de déchets.

Dès le 1er janvier 2023, il ne sera plus permis d’utiliser de la vaisselle plastique dans les restaurants lorsque le repas est pris sur place.

Dès le 1er janvier 2024, tous les récipients et emballages jetables en plastique utilisés dans le cadre de l’alimentation rapide seront interdits (boîtes, saladiers, barquettes, sachets de sandwich, etc.). 

Restaurateurs et commerçants, le Gouvernement vous accompagne !

Vous êtes restaurateur ou commerçant en Principauté ? Vous utilisez régulièrement des produits en plastique à usage unique ? La Direction de l’Environnement vous guide pour vous aider à identifier des alternatives crédibles, limitant au maximum la production de déchets plastique, tout en étant acceptables sur les plans économiques et sociaux.  

Concrètement, comment s’exprime cet accompagnement ? 

Avant chaque échéance réglementaire, la Direction de l’Environnement prévoit un programme d’accompagnement et de sensibilisation. Un exemple : en 2016, la campagne « Un sac pour la vie » avait pour but d’éclairer la population sur la consommation de sacs en plastique et sur l’existence d’alternatives simples. 

Régulièrement, des fiches explicatives sont distribuées, détaillant la réglementation et apportant des informations sur les pratiques recommandées (les alternatives aux pailles en plastique, les alternatives aux couverts en plastique à usage unique, etc.). 
 
Plusieurs labels ont également été créés par la Direction de l’Environnement. Le label « Commerce Engagé », lancé en 2017, est un programme offert par la Principauté pour aider les commerçants à adopter des pratiques plus vertueuses pour la planète. Déployé en 2020, le label « Restaurant Engagé » cible la vaisselle en plastique à usage unique mais aussi la réduction des déchets à la source, le gaspillage alimentaire, ainsi que la consommation locale et éthique. À ce jour, 90 commerçants et restaurateurs sont « Engagés ».
 
Bon à savoir : les « Commerces et Restaurants Engagés » impactés par la crise sanitaire peuvent bénéficier d’une prime éco-conditionnée afin de poursuivre leur démarche éco-responsable, malgré les difficultés financières rencontrées. Cette prime est également proposée à ceux qui souhaiteraient être labellisés.

La collaboration : clé de voûte d’une transition réussie 

Gouvernement, commerçants, consommateurs... La réduction des déchets est l’affaire de tous ! Pour fédérer les acteurs locaux et toucher le grand public, la Direction de l’Environnement organise chaque année en Principauté depuis 2019 la Semaine Européenne pour la Réduction des Déchets (SERD). Cet évènement est l’occasion pour le Gouvernement Princier de communiquer sur sa politique et, pour tous les acteurs engagés, de promouvoir leurs bonnes pratiques. Monaco a renouvelé sa participation en novembre 2020, lors d’une SERD virtuelle (en raison du contexte de la crise sanitaire). Cette même année, la Direction de l’Environnement a intégré le Comité de Direction européen de la SERD, consacrant ainsi l’inscription de cet évènement dans le calendrier annuel des mobilisations de la Principauté en faveur de la préservation de l’environnement.

Parallèlement, la Mission pour la Transition Energétique propose le Pacte National pour la Transition Energétique (PNTE)

D’autres acteurs s'engagent au quotidien pour la réduction des déchets en Principauté : c’est le cas de la Direction de l'Aménagement Urbain (DAU) et de la Société Monégasque d’Assainissement (SMA) qui garantissent la bonne gestion des déchets et promeut leur réduction à la source, ou encore de la Mairie de Monaco, très active dans la lutte contre le gaspillage alimentaire notamment, avec la « petite boîte ».

Rappelons-le : chacun peut agir à son niveau contre la pollution plastique et pour la réduction des déchets en général. Et vous, êtes-vous prêt(e) à donner un coup de pouce à la planète ?