Pictogramme drapeau de la France Pictogramme drapeau de UK Pictogramme drapeau de l'Italie

x

Install this webapp on your device : tap and " Add to homescreen".

Register / Connect

By entering your phone number, you accept that it will be used to send traffic alerts.

Use at least 9 characters of which one capital, one lower case, one digit and one special character



Main
Menu.

Saviez-vous que la Principauté produisait une bonne partie de son énergie proprement et à moindre coût grâce à la mer ? Le pays a en effet très tôt compris qu’il pouvait profiter de sa situation au bord de la Méditerranée pour exploiter une énergie renouvelable à fort potentiel : la thalassothermie, fonctionnant à l’aide de pompes à chaleur (PAC) sur boucle eau de mer, dont la première a été installée au Stade nautique Rainier III, pour chauffer l’eau de la piscine, en 1963.

 

Monaco, qui a ainsi été l’un des premiers États à développer cette technologie, a acquis un véritable savoir-faire en la matière, comptant aujourd’hui sur son territoire plus de 80 PAC eau de mer organisées en une vingtaine de boucles thalassothermiques. Et ces installations, que l’on retrouve au Grimaldi Forum, au Musée Océanographique, à l’Auditorium Rainier III ou encore dans les bâtiments de la SBM, produisent plus de 20 % de la consommation énergétique nationale !

 

Mais comment cette technologie fonctionne-t-elle ? Comme l’explique le schéma synthétique ci-après, l’eau de mer est prélevée à grande profondeur et échange ses calories au contact d’une boucle d'eau douce secondaire. Puis cette eau tempérée est utilisée par des PAC réversibles capables, selon les besoins, de chauffer ou de rafraîchir un bâtiment (voire de l’alimenter en eau chaude sanitaire)…



La thalassothermie est une énergie inépuisable et non émettrice de CO2 qui accompagne efficacement la Principauté dans sa politique de transition énergétique - la neutralité carbone d’ici 2050 - et plus spécifiquement dans sa décision d’interdire le recours au fioul domestique d’ici le 1er janvier 2022. Elle est également bon marché - l’investissement de départ est vite remboursé par la gratuité de la ressource - moins chère que le gaz, et non tributaire des prix volatils du marché de l’énergie.

 

Les excellents rendements - il est estimé que les PAC eau de mer produisent 3 à 4 fois plus d’énergie qu’elles n’en consomment - sont par ailleurs moins impactés par les conditions climatiques que pour d’autres énergies renouvelables. Enfin, il a été démontré que la thalassothermie, correctement exploitée, ne perturbait pas l'écosystème marin (projet Optima-PAC mené en 2012).

 

C’est donc en toute logique que Monaco poursuit le développement de cette technologie avec deux projets de boucles thalassothermiques dans les quartiers du Larvotto et de la Condamine

My
daily life
My
city
My
environment
My urban
services